Les données Facebook au coeur des stratégies de demain

Par Caroline Cros 0

Après une entrée en bourse clairement décevante, une question se dessine sur l’avenir du réseau social : La publicité sur Facebook est-elle entrain de s’effondrer ? Depuis mai 2012, les annonceurs délaissent le réseau jugeant le reste de la toile beaucoup plus attractif.
Un désengagement progressif qui sonne comme un tournant pour la société américaine, et qui devrait obliger Mark Zuckerberg à se pencher sur un nouveau modèle économique.

Pourquoi la Publicité sur Facebook intéresse de moins en moins

Les chiffres parlent d’eux-même : d’après le rapport mené par l’Agence 33Across, 71% de 2200 agences et marques américaines interrogées concentrent 80% de leurs actions sur le reste de la Toile plutôt que sur le numéro un des réseaux sociaux. Un changement qui survient juste après l’entrée catastrophique de Facebook en bourse.

D’autres éléments viennent également soulever ce point : l’explosion du nombre de contacts, pages et applications amène à une saturation de l’information qui est évidente. Facebook pourrait bien se retrouver seul contre tous puisque les investissements publicitaires devraient continuer à chuter, et afficher une croissance en berne cette année.

 


Source : Journal du net

Si l’avenir de Facebook n’est plus dans la publicité, où est-il

Si la start-up traverse actuellement une mauvaise passe, soyons honnêtes, la « Team Facebook » possède sans aucun doute de multiples ressources pour rebondir, nous ne sommes pas inquiets ! D’ailleurs, avez-vous déjà entendu parler de la « Data team » ? Facebook dispose d’une équipe de 12 personnes, statisticiens et sociologues (qui devrait doubler d’ici 2013) en charge d’analyser les statistiques des utilisateurs (statuts, musiques écoutées après une rupture …). De ces analyses en découle des statistiques telles que la variation du « bonheur national brut ». Une cellule discrète, qui permet de comprendre et d’appréhender le consommateur, et qui pourraient bien devenir le centre du nouveau modèle économique de la firme.

Des millions de pépites d’or, au service de nos futurs stratégies !

25 millions de français sont membres de Facebook. 900 millions dans le monde entier. Imaginez un peu la mine d’or que représente le réseau social à lui tout seul. Bien que ces chiffres soient grandioses et qu’on devine la quantité d’informations sur le consommateur que possède Facebook, c’est surtout la qualité de ces données qui est une véritable mine d’or.

Pourquoi se contenter de vendre des espaces publicitaires alors qu’il pourrait devenir un acteur majeur dans les stratégies des entreprises ? On parle de « Data is the new oil ». Autrement dit, les données Facebook sont assimilées au pétrole. Et comme le pétrole, les data sont quasi inutiles si l’on se contente de les extraire et non de les affiner.

Voilà comment Facebook pourrait passer de simple plateforme publicitaire à vraie machine à sonder le monde. Mark Zuckerberg n’a plus qu’à trouver comment tirer parti de cette immense réserve. A nous, agences et entreprises, d’en profiter.


Commenter